Chansons et histoire: quelques ressources sur la toile


La chanson intéresse les historiens (et les profs d'histoire) à plus d'un titre: 

- En premier lieu, les conditions et le contexte d'élaboration, de diffusion, de réception d'un morceau s'avèrent particulièrement instructifs.
Exemples: les chansons Bou Dou Ba Da Bouh, Nénufar, la Tonkinoise nous en apprennent beaucoup sur le regard (tour à tour condescendant, paternaliste et concupiscent) que beaucoup d'Européens portent dans   l'entre-deux-guerres sur les populations colonisées. 


- En outre, la chanson représente un outil de légitimation, de propagande pour les pouvoirs en place. A l'inverse, elle incarne également bien souvent une puissante forme de contestation. Ainsi, "Maréchal nous voilà", hymne quasi-officiel du régime de Vichy s'inscrit dans la première catégorie, au moment ou Pierre Dac s'emploie sur la BBC à ridiculiser la propagande de l'Etat français. Il s'avère donc très intéressant de décrypter ces messages.

- D'autre part, les thèmes abordées dans certains morceaux servent de prétexte à leur étude.  Dernièrement "le papier d'Arménie" du chanteur RWan, évocation sensible du génocide, permet d'aborder ces massacres d'une manière originale. Autre exemple, "la tondue" de Brassens, qui focalise l'attention sur la tonte des femmes accusées de "collaboration horizontale" à la Libération. 

- Enfin, certains chants s'imposent même parfois comme des objets historiques à proprement parler (l'Internationale, la Marseillaise, les Freedom songs). Leur interprétation lors des manifestations ou des épisodes révolutionnaires galvanise les protagonistes. Entonnés en chœur, ils permettent de souder les troupes et parfois d'oublier la peur. 



Les manifestants entonnant des freedom songs lors de la marche sur Washington le 28 août 1963.


Un passage de l'autobiographie de Martin Luther King s'avère à cet égard particulièrement  édifiant:

Une importante partie des réunions populaires était consacrée aux chants de libération [freedom songs]. Dans un certain sens, ces hymnes à la liberté sont l'âme du mouvement [des droits civiques]. Ils représentent autre chose que des incantations, ce ne sont pas seulement des formules intelligentes destinées à animer une campagne; ils sont aussi vieux que l'histoire du Noir en Amérique. Ce sont des adaptations de chansons que chantaient les esclaves: manifestations de chagrin, cris de joie, appels au combat, ou hymnes propres à notre   mouvement. J'ai entendu des gens parler doctement de leur tempo et de leur rythme, mais pour nous, membres du mouvement, c'est leurs paroles qui nous inspirent. Quand je me dis "Woke up this morning with my mind stayed on freedom" -"Me suis réveillé ce matin avec mon esprit habité par la liberté" - c'est un vers qui n'a pas besoin de musique pour dire ce qu'il veut dire. Nous chantons es chants de libération pour les mêmes raisons que les esclaves les chantaient, parce que nous sommes enchaînés, nous aussi, et que ces chants ajoutent une note d'espoir à notre détermination et à notre conviction selon laquelle "We shall overcome, Black and White together, we shall overcome someday" ("nous l"emporterons, Noirs et Blancs ensemble, nous l'emporterons un jour"). Ces chants nous ont soudés les uns aux autres, ils nous ont donné du courage à tous, ensemble, ils nous ont incités à marcher ensemble. Ainsi, nous avons senti que nous pourrions aller au-devant de n'importe quelle Gestapo." 


Pour toutes ces raisons, nous avons, il y a 4 ans, décidé de donner naissance à l'histgeobox avec pour objectif de faire découvrir les programmes d'histoire et de géographie par la musique en proposant des notices sur des chansons et morceaux dignes d'intérêt. Ce jukebox très personnel rassemble désormais plus de 250 titres. Il s'est enrichi de rubriques spécialisées:
- Loca virosque cano qui a pour ambition de présenter des chansons qui évoquent, directement ou non, différents lieux dans le monde.
- Enfin une google maps permet de répertorier et de localiser les différents morceaux présentés sur le blog.

Sur la toile, d'autres ressources ont fleuri ces dernières années. Nous nous proposons ici d'en présenter quelques unes. Cette sélection est bien sûr loin d'être exhaustive. Aussi, n'hésitez pas à nous signaler les ressources que vous jugez intéressantes. (voir contacts ci-dessous)

Mentionnons d'abord deux très bons sites amis et complémentaires, tenus par des profs d'histoire-géo:




1 Le blog hgfun - Histoire, géo et musique en ligne. 
Eric Rulier, son créateur, considère sur la page d'accueil que "L'histoire-géo au lycée, c'est un moyen de comprendre le monde qui nous entoure mais c'est parfois un peu lourd... pourtant c'est stratégique et quasi obligatoire pour le bac ! 

Pourquoi ne pas mettre tout ça en musique et profiter des ressources des sites de vidéos en ligne pour sortir du livre de classe et découvrir le programme à ingurgiter autrement. Demander un coup de main à Victor Jara, à Rammstein, à Asian Dub Foundation, et faire de l'histoire d'une façon originale, voilà un des buts de ce blog." Allez y faire un tour, vous ne serez pas déçus.

2 Les "chansons de la semaine", sélectionnées et décortiquées par les enseignants du lycée Vincent d'Indy (en particulier Jean-Pierre Trescol) constituent une autre ressource formidable, qu'il serait dommage d'ignorer. Laissons Jean-Pierre Trescol, cheville ouvrière de cette chronique, nous la présenter:   
"Depuis novembre 2010, la chronique « la chanson de la semaine », hébergée sur le site du lycée Vincent d’Indy de Privas en Ardèche, présente chaque semaine une chanson en lien avec les programmes d’Histoire et de Géographie du lycée. 
Sans doute à l’origine, quelques tentatives hasardeuses de chant collectif en classe, ont pu montrer la voie d’une autre approche de l’Histoire.
Dans le bombardement visuel et sonore dans lequel nous vivons, prendre le temps d’écouter une chanson, de retrouver ses paroles, de rechercher sa signification, son contexte, découvrir un auteur, un style, se représenter un espace sans s’interdire aucune époque, aucun style, aucun espace.
Créer sans cesse des liens entre la grande Histoire, les énoncés de programme parfois arides, les représentations souvent réductrices et l’immense richesse du patrimoine chanté, savant ou populaire, réaliste ou poétique, spontané ou réfléchi, tel est l’objectif de cette chronique.
Avec l’espoir de voir les regards disciplinaires se croiser le temps d’une chanson et d’amener les élèves à intervenir eux mêmes sur cet outil."
L'index des chansons chroniquées à ce jour est disponible ici. Là encore, l'éclectisme est de mise et les morceaux retenus vont du metal à la chanson à texte, en passant par l'afro beat.



* Pour compléter, citons deux belles ressources accessibles sur le net. 


1. Le site Hall de la chanson s'articule autour de plusieurs thématiques.
  

- Les routes de la chanson
. = Une visite-découverte des salles de Paris en ligne avec documents d’archives sonores, iconographiques, audiovisuelles ; biographies et visite guidée par des historiens et des artistes… Le visiteur part à la découverte des artistes et des œuvres emblématiques de la culture musicale parisienne de cabaret, de music-hall, de théâtre musical depuis le XIXème siècle jusqu’à nos jours.


. = "Anthologie de 200 chansons du Moyen- âge à nos jours, initiée en partenariat avec l’Education nationale, avec extraits audio de 30 secondes et extraits des paroles, le site est agrémenté de nombreuses illustrations et de notices biographiques (auteurs, compositeurs, interprètes)."

 = "Un site dossier sur mai 68 à travers l'histoire et la chanson, préparé par le Hall de la Chanson, en partenariat avec l'INA, l'exposition Bande son Mai 68 de la Mairie du 18e de Paris et le Centre d'Animation Abbesses."

Du temps des cerises aux feuilles mortes. La chanson française de la fin du Second Empire aux années 1950.  "Ce site est né du désir de son fondateur de faire connaître la chanson française, ses interprètes, sa petite histoire et surtout de mettre à la disposition d’un large public une partie de sa collection augmentée chemin faisant de celles de nombreux lecteurs qui ont eu la bonne idée de partager leurs trésors ou connaissances…"



2. Paris en chansons: les site de l'exposition (visible jusqu'au 29 juillet 2012) à la galerie des bibliothèques de la ville de Paris. La carte interactive est particulièrement réussie, pour la voir cliquez sur l'image ci-dessous. (dénichée par Vero, merci)




* Les réseaux sociaux en pleine expansion offrent également de nouvelles possibilités à tous ceux qui s'intéressent aux relations fructueuses entretenues par Euterpe et Clio. Les quatre groupes Facebook - dont les liens se trouvent ci-dessous- pilotés par Etienne Augris, Véronique Servat et Laurent Gayme en attestent:
Pour Véronique qui s'occupe plus particulièrement du groupe rock-pop, "c'est une page à l'esprit collaboratif. En fonction de l'actualité un thème est proposé généralement le lundi soir  et les contributeurs de la page postent des vidéos, photos, liens qui s'y rattachent relatifs à des artistes ou groupes de rock et de pop. (...). Il est à signaler que la nouvelle interface facebook est très handicapante pour ce type de pages." Etienne Augris, grans manitou du groupe rap & hip-hop poursuit: "Explorer l'histoire et la géographie d'un genre musical en abordant des thèmes, des périodes, des lieux ou des artistes, cela permet également de se plonger, au-delà de la musique, dans l'histoire et la géographie en général. Le principe est simple, chacun peut proposer des sons, donner des informations en lien avec le thème du moment et commenter les choix des autres."

ROCK&POP-HISTOIRE-GÉOGRAPHIE




* Enfin, pour terminer, nous vous invitons chaudement à jeter une oreille aux choix musicaux pointus et éclairés de deux camarades hyperactifs: 

- Sur sa Passerelle, Emmanuel Grange fait régulièrement partager ses coups de coeur musicaux dans sa rubrique jukebox.

- Pierre Raingeard consacre de nombreux posts à a musique sur son blog l'Astrolabe dont nous vous recommandons aussi l'astromix ou encore le P'tit Bazar Electro. Ce groupe facebook très actif doit son nom à "une émission cultissime du début des années 2000, diffusée sur Sun FM. (...) Aujourd'hui le P'tit Bazar revit sur Facebool. Son principe de base est siumple: un gigantesque kholkhoze musical libertaire (mise en commun de nos envies, goûts, passions, découvertes musicales sans limites et sans contrainte)."






 Sources et contacts:
- Une présentation du blog et de nos objectifs ici.
- Martin Luther King: "Autobiographie", textes réunis par Clayborne Carson, Bayard, 2008.
- Big up à Dame Servat et à Messieurs Augris, Gayme, Grange, Raingeard, Rulier  et Trescol. Merci pour leur collaboration.
- Un grand merci à Jean-Pierre Meyniac pour sa veille documentaire toujours vigilante.
- Le scoop it "chansons et histoire" propose une sélection de liens actualisés.
- Enfin, vous pouvez nous suivre sur twitter (samarrablog ou  bricabraque).