mercredi 29 octobre 2008

110. Creedence Clearwater Revival: "Fortunate son" (1969).


Julie Nixon et David Eisnhower au premier plan à gauche.

Dans leur titre « Fortunate son » (1969), le Creedence Clearwater Revival dénonce ces « fils privilégiés » exemptés de service militaire (et de guerre du Vietnam) grâce à leur statut de fils d'hommes de pouvoir (sénateur, député, haut-gradé) ou de célébrité.

« C’est une confrontation entre moi et Richard Nixon », indique John Fogerty. « Les Riches, ceux qui ont tout, des grosses voitures, ce genre de trucs. Des gens que je ne respecte pas. Durant le Vietnam, ce sont des gens qui ne sont pas allés à la guerre. Quand j’ai écrit cette chanson, je pensais à David Eisenhower, le petit fils de l’ancien président, qui était marié à Julie Nixon, la fille du président de l’époque [Richard Nixon 1969-1974] ». En fait, David Eisenhower servit dans les réserves de la Navy, ce qui lui permit de se tenir loin des zones d'affrontement en Asie du sud-est.




CCR - Fortunate Son {1969)


« En 1969 », poursuit Fogerty, « la majorité du pays pensait que le moral des troupes était bon et environ 80 % d’entre eux étaient favorables à la guerre. Mais certains d’entre nous qui regardaient attentivement la situation savaient que quelque chose n’allait pas. Je n’avais guère d’admiration pour Nixon et le genre de personnes comme lui. À l’époque, vous aviez l’impression que ces gens bénéficiaient d’un traitement de faveur. L’opposition avec les classes dominantes et aisées devenait plus intense à la fin des années soixante. A cette période de ma vie, j’avais vingt-trois ans et je ne voulais pas combattre pour une guerre pour laquelle j’étais opposé. Les fils de bonne famille n’avaient pas à se poser ce genre de questions, puisqu’eux n’allaient pas au Vietnam. Ce qui ne les empêchait pas de dire que cette guerre était bonne pour l’Amérique ».


Le titre, terriblement efficace, rencontra un grand succès. En deux minutes trente, le Creedence déroule son rock de bûcheron, à base de guitares acérées et de mélodies entêtantes. Irrésistible.

Creedence Clearwater Revival: "Fortunate son" (1969).

Some folks are born made to wave the flag
Yeah, the red, white, and blue
When the band plays 'Hail To The Chief'
Yeah, they'll point the cannon at you

It ain't me, it ain't me
I'm no millionaire's son
It ain't me, it ain't me
I ain't no fortunate one

Some folks are born silver spoon in hand
Well, they help themselves, yeah
When the taxman comes to the door
House looks a like a rummage sale

It ain't me, it ain't me
I ain't no millionaire's son
It ain't me, it ain't me
I ain't no fortunate one, no

Some folks inherit star spangled eyes
Yeah, when they send you down to war
Well, when you ask them how much you should give
Yeah, it's always more, more, more

It ain't me, it ain't me
I ain't no senator's son
It ain't me, it ain't me
I'm no fortunate one

It ain't me, it ain't me
I ain't no military son
It ain't me, it ain't me
I ain't no fortunate son
Take it away...

_______________

Certaines personnes sont nées pour défendre leur drapeau
Yeah, le rouge, blanc, et bleu
Quand le groupe jouera 'Hail To The Chief' (chanson patriotique américaine)
Yeah, ils pointeront leurs canons vers toi

Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi
Je ne suis pas un fils de millionnaire
Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi
Je ne suis pas chanceux

Certaines personnes naissent avec une cuillère d’argent dans la bouche
Bien, ils s’entraident, yeah
Quand l’inspecteur des impôts frappe à la porte
La maison ressemble à une vente de charité

Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi
Je ne suis pas un fils de millionnaire
Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi
Je ne suis pas chanceux, non

Certaines personnes héritent d’yeux ornés d’étoiles
Yeah, quand ils t’envoient à la guerre
Bien, quand tu leur demande combien tu devrais donner
Yeah, c’est toujours plus, plus, plus

Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi
Je ne suis pas un fils de sénateur
Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi
Je ne suis pas chanceux

Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi
Je ne suis pas un fils de militaire
Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi
Je ne suis pas chanceux
Prends-le tel quel…

samedi 25 octobre 2008

109. Barbara:"Göttingen".




Barbara compose cette superbe chanson en 1965. Ce qui l'anime ici, c'est un "profond désir de réconciliation et non d'oubli". Il s'agit en effet d'un hymne à la réconciliation franco-allemande après les traumatismes de la seconde guerre mondiale. Le message de ce titre est d'autant plus émouvant que Barbara dut se cacher et fuir avec sa mère, parce qu'elles étaient juives. Entre 1939 et 1943, la jeune Monique Serf et ses parents doivent ainsi déménager à de nombreuses reprises ("Menaces de rafle dont les parents sont informés. Dénonciation par un voisin.").

Aussi, en 1964, lorsque le directeur du Junges Theater de Göttingen, Gunther Klein, lui propose de venir chanter outre-Rhin, elle commence par refuser catégoriquement. Pour elle, "l'Allemagne était comme une griffe". Mais Klein trouve les mots qu'il faut, Barbara se ravise et remporte un immense succès. L'accueil des "enfants blonds de Göttingen" lui inspire une chanson sobrement intitulée Göttingen (qu'elle enregistrera également en Allemand).

En 2003, à l'occasion de la commémoration du traité d'amitié franco-allemande de 1963, le chancelier Schröder entonne quelques vers de la chanson: "Oh, faites que jamais ne revienne / le temps du sang et de la haine..." Il poursuit " A l’époque, j’habitais moi-même Göttingen, où je suis resté pendant plus de dix ans et où j’ai fait mes études. Malheureusement, je n’ai pas eu la possibilité d’assister au concert de Barbara, mais cette chanson résonnait dans toute la ville. Ce que Barbara a chanté à Göttingen, et qui nous est allé droit au cœur, c’était pour moi, jeune homme, le début d’une merveilleuse amitié, de l’amitié qui devait unir les Français et les Allemands."

Revenons désormais sur la réconciliation franco-allemande depuis 1945:


Toute réconciliation avec l'ennemi héréditaire allemand semblait très délicate en 1945 ("O faites que jamais ne revienne / Le temps du sang et de la haine / car il y a des gens que j'aime, / A Göttingen, à Göttingen"). Or, très tôt, dans le contexte de la guerre froide et de la construction européenne, la France et l'Allemagne de l'ouest se rapprochent. L'entente devient franchement cordiale avec la création de la CECA (1951), puis de la CEE. Désormais, l'axe franco-allemand devient le fer de lance de la construction européenne et ce duo restera soudé quelque soit les présidents ou les majorités politiques (nombreuses rencontres de Gaulle/Adenauer, Giscard d'Estaing/Schmidt, Mitterrand/Kohl).

Ce rapprochement se caractérise par des rencontres symboliques entre les deux ennemis héréditaires: en 1962, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer se rendent à Reims, dont la cathédrale avait été détruite par les Allemands au cours de la première guerre mondiale; ou encore la rencontre symbolique de François Mitterrand et Helmut Khol à Verdun, en 1984.



François Mitterrand et Helmut Kohl à Verdun, en 1984.

Surtout au delà des symboles, cet axe franco-allemand repose sur des faits et des actes. En janvier 1963, le traité de l'Elysée signé par Adenauer et de Gaulle illustre la volonté de réconciliation franco-allemande, alors que les Français éprouvaient une grande défiance à l'endroit de l'Allemagne, fondée sur les traumatismes liés aux conflits ayant opposé les deux puissances en 1870, 1914, puis 1940, mais aussi sur les performances économiques impressionnantes de l'Allemagne de l'ouest.

Cette défiance est aujourd'hui largement dépassée, comment expliquer ce changement d'attitude?
Les perceptions françaises de l'Allemagne ont évolué.
- Le travail incessant sur la mémoire du nazisme opérée par les Allemands a abouti a une reconnaissance incontestable de la rupture de civilisation que constitue Auschwitz.
- La réunification allemande en 1990 s'est déroulée dans le respect de la pluralité des opinions et a permis d'ancrer dans le modèle occidental fondé sur la démocratie et le respect des droits de l'homme. Désormais, la société allemande, à l'est comme à l'ouest, accepte le pluralisme et la diversité, rejetant les tentations extrémistes et autoritaires.
- La décision commune de la France et de l'Allemagne, en 2002-2003, de ne pas participer à l'invasion de l'Irak aux côtés des Américains a incontestablement contribué à rapprocher les deux pays.

Dans ces conditions, on ne s'étonnera pas que de grands chantiers animés par la France et Allemagne aboutissent ces dernières années, notamment dans le domaine de la culture avec la fondation de la chaîne Arte, en 1991; la création d'une université franco-allemande à Sarrebruck en 1999; l'élaboration de manuels d'histoire franco-allemands, communs aux lycéens de part et d'autre du Rhin.
D'ailleurs, la culture allemande (au sens large) devient très attractive pour les Français et permet de briser les clichés trop souvent attachés à la société allemande que certains réduisaient un peu vite à la série Derrick, à la fête de la bière de Münich ou aux sombres pages du nazisme. Ainsi, plusieurs excellents films allemands ont trouvé un large public dans l'hexagone (Good bye Lenin, La vie des autres, Head-on, De l'autre côté). La ville de Berlin, profondément transformée depuis la chut du mur séduit de plus en plus d'étrangers qui viennent profiter de son dynamisme culturel (11 000 Français vivaient à Berlin en 2007). Enfin de manière plus anecdotique, rappelons que le succès du groupe Tokio Hotel contribue à un regain d'intérêt pour la langue allemande chez les adolescents fans du groupe.

Pour autant, on touche là aux limites de ce rapprochement. Les différents sondages menés dans les deux pays confirment qu'Allemands et Français ne se connaissent pas vraiment, ou pire, ne cherchent pas à se connaître. Les positions de la langue allemande dans l'enseignement secondaire en France tendent à reculer au profit de l'espagnol notamment. Au fond, Français et Allemands s'apprécient, mais ne se fréquentent pas beaucoup.






Barbara:"Göttingen".


Bien sûr, ce n'est pas la Seine,
Ce n'est pas le bois de Vincennes,
Mais c'est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Pas de quais et pas de rengaines
Qui se lamentent et qui se traînent,
Mais l'amour y fleurit quand même,
A Göttingen, à Göttingen.

Ils savent mieux que nous, je pense,
L'histoire de nos rois de France,
Herman, Peter, Helga et Hans,
A Göttingen.

Et que personne ne s'offense,
Mais les contes de notre enfance,
"Il était une fois" commence
A Göttingen.

Bien sûr nous, nous avons la Seine
Et puis notre bois de Vincennes,
Mais Dieu que les roses sont belles
A Göttingen, à Göttingen.

Nous, nous avons nos matins blêmes
Et l'âme grise de Verlaine,
Eux c'est la mélancolie même,
A Göttingen, à Göttingen.

Quand ils ne savent rien nous dire,
Ils restent là à nous sourire
Mais nous les comprenons quand même,
Les enfants blonds de Göttingen.

Et tant pis pour ceux qui s'étonnent
Et que les autres me pardonnent,
Mais les enfants ce sont les mêmes,
A Paris ou à Göttingen.

O faites que jamais ne revienne
Le temps du sang et de la haine
Car il y a des gens que j'aime,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l'alarme,
S'il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

Mais c'est bien joli tout de même,
A Göttingen, à Göttingen.

Et lorsque sonnerait l'alarme,
S'il fallait reprendre les armes,
Mon cœur verserait une larme
Pour Göttingen, pour Göttingen.

Sources:
- "Nous n'aurons plus peur de l'Allemagne" par Pierre Monnet, in L'Histoire n° 331, p58-61, mai 2008.
- "Barbara: l'oiseau de nuit meurtri" par Pascal Marchetti-Leca, in Historia, n°736, avril 2008.

Liens:
- Le renouveau du cinéma allemand - ARTE.

Les hymnes ont une histoire (I) L'hymne italien, une histoire mouvementée


Frères d’Italie (Fratelli d’Italia connu également sous le nom d’Inno di Mameli) est l’hymne italien depuis 2005, date à laquelle le Sénat l’a adopté officiellement. Nous avons eu l’occasion de l’entendre à plusieurs reprises ces dernières années surtout sur les terrains de foot lors des finales importantes en 2000 (Euro) et en 2006 (Mondial). C’est durant ces moments qu’une guerre symbolique des hymnes est généralement déclarée : c’est à celui qui sifflera et huera le plus fort l’hymne adverse… Les supporters sont très souvent de belles recrues pour un patriotisme aveugle et revanchard, prêts, le plus souvent, à des excès que l’intelligence et la tolérance ne pourraient que réprimer.


Mais revenons à cet hymne dont les paroles ont été écrites en 1847 par Goffredo Mameli 1827-1849), jeune étudiant patriote qui rédigea dès l’âge de vingt ans les paroles de cette chanson. Patriote, il a été de tous les combats pour tenter d'imposer la République. En 1849, il combat aux côtés de Garibaldi contre les troupes françaises et, blessé à la jambe, il est emporté par la gangrène à l’âge de 22 ans.
La musique est composée par Michele Novaro (1818-1885), l'hymne est enlevé, spontané mais pas suffisamment solennel selon les contemporains. C'est pourquoi Giuseppe Mazzini (le patriote républicain) qui dirige alors la république romaine demande à Mameli d’écrire un nouvel hymne qui sera cette fois-ci mis en musique par le déjà célèbre Giuseppe Verdi. Le résultat est, dira-t-on très décevant et c'est la première version qui sera chantée un peu partout dans cette nouvelle Italie du Risorgimento. Avec l'instauration du royaume d'une Italie unifiée, l'hymne change et devient la marche royale (Marcia reale) jusqu'en 1946.

Avec la fin du fascisme et l'instauration de la République italienne, on adopte provisoirement un nouvel hymne : la leggenda del Piave. Cette chanson a été rédigée par E.A Mario (de son vrai nom Giovanni Gaeta) en juillet 1918 afin de célébrer les victoires italiennes en Vénétie (faisant ainsi oublier le désastre de Caporetto).

Cette hymne sera remplacé dès 1948 par Frères d'Italie qui s'imposera progressivement dans le cœur des Italiens de gauche comme de droite. Dans les années 90, l'émergence d'un sentiment séparatiste incarné par la Ligue lombarde d'Umberto Bossi remet sur le plateau la question de l'hymne national. Son parti souhaitant remettre en cause l'unité italienne n'apprécie guère le texte de Mameli et lui préfèrerait le Nabbucco de Verdi. La droite et la gauche tombent finalement d'accord et maintiennent l'hymne de Mameli à condition qu'on fasse évoluer l'orchestration afin de le rendre plus harmonieux et plus moderne.
En juillet 2008, Umberto Bossi fustige encore l'hymne national, l'Etat centralisateur et fasciste...provoquant un scandale dans la classe politique choquant de nombreux Italiens qui se sont attachés à l'un des symboles de l'unité italienne (unité finalement très récente).






Paroles et traduction :

Fratelli d'Italia - Frères d'Italie
L'Italia s'è desta, - L'Italie s'est levée,
Dell'elmo di Scipio - Avec le heaume de Scipion [l'Africain]
S'è cinta la testa. - Elle s'est ceint la tête.

Dov'è la Vittoria? - Où est la Victoire ?
Le porga la chioma, - Qu'elle lui tende sa chevelure,
Ché schiava di Roma - Car esclave de Rome
Iddio la creò. - Dieu la créa.

Stringiamoci a coorte - Serrons-nous en cohortes
Siam pronti alla morte - Nous sommes prêts à la mort
L'Italia chiamò. - L'Italie [nous] a appelé.
Noi siamo da secoli - Nous sommes depuis des siècles
Calpesti, derisi, - Piétinés, moqués,
Perché non siam popolo, - Parce que nous ne sommes pas un peuple,
Perché siam divisi. - Parce que nous sommes divisés.

Raccolgaci un'unica - Que nous rassemble un unique
Bandiera, una speme: - Drapeau, un espoir :
Di fonderci insieme - De nous fondre ensemble
Già l'ora suonò. - L'heure a déjà sonné.

Stringiamoci a coorte - Laissez nous joindre la cohorte Siam pronti alla morte - Nous sommes prêt à mourir L'Italia chiamò. - L'Italie s'est levée.

Uniamoci, amiamoci, - Unissons-nous, aimons-nous
l'Unione, e l'amore - L'Union, et l'amour
Rivelano ai Popoli - Révèlent aux Peuples
Le vie del Signore; - Les voies du Seigneur ;
Giuriamo far libero - Jurons de libérer
Il suolo natío: - Le sol natal :
Uniti per Dio - Unis pour Dieu
Chi vincerci può? - Qui peut nous vaincre ?

Stringiamoci a coorte - Laissez nous joindre la cohorte Siam pronti alla morte - Nous sommes prêt à mourir L'Italia chiamò. - L'Italie s'est levée.

Dall'Alpi a Sicilia - Des Alpes à la Sicile
Dovunque è Legnano, - Legnano est partout
Ogn'uom di Ferruccio - Chaque homme a le cœur,
Ha il core, ha la mano, - A la main de Ferruccio,
I bimbi d'Italia - Les enfants d'Italie
Si chiaman Balilla, - S'appellent Balilla,
Il suon d'ogni squilla - Le son de chaque cloche
I Vespri suonò. - A sonné les Vêpres.

Stringiamoci a coorte - Laissez nous joindre la cohorte
Siam pronti alla morte - Nous sommes prêt à mourir
L'Italia chiamò. - L'Italie s'est levée.

Son giunchi che piegano - Les épées vendues
Le spade vendute: - Sont des joncs qui ploient
Già l'Aquila d'Austria - L'Aigle d'Autriche
Le penne ha perdute. - A déjà perdu ses plumes
Il sangue d'Italia, - Il a bu le sang d'Italie,
Il sangue polacco, - Le sang polonais,
Bevé, col cosacco, - avec le Cosaque,
Ma il cor le bruciò. - Mais cela lui a brûlé le cœur.



Voici une version de footballeurs, heureusement, ils jouent mieux au foot qu'ils ne chantent !

JC Diedrich

mardi 21 octobre 2008

108. Joan Baez: "Here's to you."

Manifestation de soutien aux deux anarchistes.


En 1971, le réalisateur Giuliano Montaldo porte à l'écran la destinée tragique de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti. Le film est sélectionné au Festival de Cannes où il obtient un prix d'interprétation masculine pour Riccardo Cucciolla.
Les trois chansons qui suivent furent composées pour la bande originale du film. Elle sont toutes dédiées à Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti. Joan Baez interprète ces trois chansons sur une musique d'Ennio Morricone.

Au lendemain de la première guerre mondiale, les Etats-Unis traversent une période difficile sur les plans économiques et sociaux. Grèves, manifestations violentes et attentats se multiplient dans les grandes villes du pays. La red scare ("terreur rouge") s'empare alors des autorités et de l'opinion publique. Le gouvernement engage alors une terrible répression contre les anarchistes, les communistes et les socialistes américains. L'amalgame entre étranger, anarchiste et assassin devient courant.


L'affiche du film de Giuliano Montaldo.

C'est dans ce contexte que, le 5 mai 1920, deux anarchistes italiens, Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti, sont arrêtés. En possession d'un brouillon de tract anarchiste, armés, on leurs reprochent d'avoir commis deux braquages à South Braintree, dans la banlieue de Boston, provoquant la mort de 2 convoyeurs.

Tract de l'Union anarchiste en faveur de Sacco et Vanzetti.(1921)

Leur procès n'est qu'une parodie. Les deux hommes parlent mal l'anglais. Le juge Thayer qui les accuse de s'être réfugiés au Mexique afin de ne pas faire la guerre. Il ne semble sensible qu'aux témoins à charge, écartant tous ceux qui innocentent Sacco et Vanzetti. Pourtant, Madeiros, un prisonnier, avoue même être l'auteur des braquages, mais rien n'y fait, le juge Thayer, en charge de l'affaire refuse de rouvrir le dossier. Le 14 juillet 1921, les deux hommes sont condamnés à mort, alors que les preuves manquent. Aussitôt des comités de défense des hommes se mettent en place dans le monde entier. Rien n'y fait, dans la nuit du 22 au 23 août 1927, Sacco, Vanzetti et Madeiros sont exécutés sur la chaise électrique.


Il faudra attendre 50 ans pour le gouverneur du Massachusetts, Michael Dukakis, réhabilite les deux hommes.







"Ballad of Sacco and Vanzetti" (1ère partie).


"Give to me your tired and your poor / Your huddled masses yearning to breathe free
The wretched refuse of your teeming shore / Send these, the homeless, tempest-tossed to me."

Blessed are the persecuted / And blessed are the pure in heart
Blessed are the merciful / And blessed are the ones who mourn

The step is hard that tears away the roots / And says goodbye to friends and family
The fathers and the mothers weep / The children cannot comprehend
But when there is a promised land / The brave will go and others follow
The beauty of the human spirit / Is the will to try our dreams
And so the masses teemed across the ocean / To a land of peace and hope
But no one heard a voice or saw a light / As they were tumbled onto shore
And none was welcomed by the echo of the phrase / "I lift my lamp beside the golden door."

Blessed are the persecuted / And blessed are the pure in heart
Blessed are the merciful / And blessed are the ones who mourn

_______________________

Offrez-moi ceux qui sont éreintés et ceux qui sont dans le besoin
Ces masses grouillantes qui aspirent à respirer la liberté
Ces malheureux rebuts de vos rivages surpeuplés
Envoyez-les moi, ces déshérités, que la tempête les fasse tanguer vers moi.

Bénis soient les persécutés
Et bénis soient ceux dont le cœur est pur
Bénis soient les miséricordieux
Et bénis soient ceux qui sont en deuil.

Se déraciner est un pas difficile à franchir
Dire au revoir à ses amis et à sa famille
Les pères et les mères pleurent
Les enfants ne peuvent pas comprendre
Mais quand la terre promise se trouve au bout du chemin
Les courageux feront le premier pas et les autres suivront
Le beauté de l'âme humaine
C'est la volonté d'essayer de réaliser ses rêves
Alors le peuple pullula à travers l'océan
Vers cette terre de paix et d'espoir
Mais personne n'entendit la moindre voix ni même vit la moindre lumière
Au moment où ils s'échouèrent sur le rivage
Et personne ne fut accueilli par l'écho de l'expression
« J'éclaire de ma lumière la porte en or. »(en référence au dernier vers du poème d'Emma Lazarus qui se situe sur le piédestal de la Statue de la Liberté)

Bénis soient les persécutés
Et bénis soient ceux dont le cœur est pur
Bénis soient les miséricordieux
Et bénis soient ceux qui sont en deuil.

La deuxième partie de la ballade met en cause directement la loi et les institutions. Les jugements rendus sont ceux d'une justice de classe. Toutes les paroles sont tirées d'une lettre de Vanzetti.

"Ballad of Sacco and Vanzetti" (deuxième partie).

Against us is the law / With its immensity of strength and power
Against us is the law! / Police know how to make a man
A guilty or an innocent / Against us is the power of police!
The shameless lies that men have told / Will ever more be paid in gold
Against us is the power of the gold! / Against us is racial hatred
And the simple fact that we are poor

_______________

La loi est contre nous
avec son immense force et son pouvoir
la loi est contre nous!
La police sait comment faire d'un homme
un innocent ou un coupable
Le pouvoir de la police est contre nous!
Les mensonges éhontés sont récompensés par de l'or
la puissance de l'argent est contre nous!
La haine raciale et le fait que nous sommes pauvres
sont contre nous.

La chanson Here's to you de Joan Baez, constitue la troisième partie de la ballade. Elle reprend les mots de Vanzetti au juge Thayer : « Si cette chose n’était pas arrivée, j’aurais passé toute ma vie à parler au coin des rues à des hommes méprisants. J’aurais pu mourir inconnu, ignoré : un raté. Ceci est notre carrière et notre triomphe. Jamais, dans toute notre vie, nous n’aurions pu espérer faire pour la tolérance, pour la justice, pour la compréhension mutuelle des hommes, ce que nous faisons aujourd’hui par hasard. Nos paroles, nos vies, nos souffrances ne sont rien. Mais qu’on nous prenne nos vies, vies d’un bon cordonnier et d’un pauvre vendeur de poisson, c’est cela qui est tout ! Ce dernier moment est le nôtre. Cette agonie est notre triomphe. »
" The last and final moment is yours/ That agony is your triumph".


"Here's to you" Joan Baez.

Here's to you Nicolas and Bart
Rest forever here in our hearts
The last and final moment is yours
That agony is your triumph !

Maintenant Nicolas et Bart
Vous dormez au fond de nos cœurs
Vous étiez tous seuls dans la mort
Mais par elle vous vaincrez !

Canto aqui Nicola e Bart
Vuestro fin y vuestra prison
El morit os dié libertad
Y un lugar en mi corazon

Canto asi a Nicola e Bart
A quien odia la escalvitud
A quien sabe amar la verdad
Canto fuerte i Libertadi




La jeune Joan Baez débute sa carrière en 1958 , dans les coffee houses de Cambridge. A partir de 1960, elle enregistre une série d'albums, principalement composés de chants traditionnels et c'est avant tout sur scène que Baez affirme son engagement politique.


Jesse Jackson, Joan Baez, Ira Sandperl, Martin Luther King - 1964

A partir de 1961, elle est de tous les combats et participe aux grands événements qui ont marqué la période: la marche sur Washington aux côtés du pasteur King, en 1963; celle de Selma en 1965; Berkeley et le Free speech movement; les festivals de Newport, Woodstock, de l'île de Wight.
La chanteuse reste fondamentalement une non-violente, mais elle n'a rien d'un idéologue. Son succès croissant ne se démentira plus et elle compte encore un large public, adepte de sa sublime voix de soprano.


Joan Baez.

Bonus: une courte video retraçant l'affaire.

vendredi 17 octobre 2008

107. Nina Simone:"I wish I knew how it would feel to be free".

Ce morceau de Nina Simone nous donne l'occasion de revenir sur l'histoire des Afro-américains, des temps de l'esclavage jusqu'à la fin des années 1960.


 
Les noirs d’Amérique furent des esclaves, privés de toute liberté, avant d’être des exclus du système politique. En 1790, le premier recensement de la population américaine établit que sur les 3,9 millions d’habitants que compte la jeune République, 19,3% sont noirs. On compte 697 624 esclaves sur les 757 181 noirs qui vivent dans le pays, à 90% ans les Etats du sud. Pourtant, d’après la Déclaration d’indépendance, « tous les hommes naissent égaux… ».
La Constitution fédérale (1787), en revanche, reconnaît l’existence de l’esclavage.
Les grands propriétaires terriens recherchent cette main d’œuvre soumise, peu coûteuse, capable de résister au climat subtropical. Les esclaves cultivent le tabac, le maïs, la canne à sucre et surtout le coton. Ils servent aussi de domestiques.

Malgré l’essor du mouvement abolitionniste au milieu du XIXème siècle, l’esclavage n’est pas remis en cause jusqu’à la guerre civile (1861- 1865), conflit économique, politique et culturel. Le gouvernement fédéral, avec à sa tête le nouveau président Abraham Lincoln, proclame l’émancipation des esclaves.

La ségrégation raciale aux Etats-Unis:

A la fin du conflit, le 13eme amendement à la Constitution supprime l’esclavage (1865), tandis que le 14eme (1868) reconnaît les mêmes droits, « la protection égale des lois » à tous les citoyens des EU. Le 15eme (1870) interdit de restreindre le droit de vote à des citoyens pour « cause de race, couleur ou condition antérieure de servitude ».

Or, les esclaves libérés ne possèdent pas de terres, il leur est à peu près impossible de sortir de la pauvreté. Les noirs peuvent voter, ont des élus qui siègent dans les assemblées législatives. Mais cette égalité politique ne dure guère. Une fois, les troupes fédérales (du Nord) parties des Etats vaincus (ceux du Sud), l’hostilité d’une majorité de blancs à l’égard des noirs, considérés comme inférieurs, ressurgit. Des mouvements racistes comme le Ku Klux Klan (1861) s’organisent et sèment la Terreur dans les anciens Etats esclavagistes.

Les pratiques de ségrégation se multiplient. Les races coexistent, mais ne vivent pas ensemble. Cette situation provoque de profondes inégalités. De fait, les Noirs, même si ils en ont le droit, ne peuvent pas voter (pressions, mesures discriminatoires…). La ségrégation spatiale devient rapidement la norme, à tel point qu’en 1896 la Cour suprême fédérale rend un arrêt qu’on résume en trois mots : « séparés, mais égaux ». Les juges estiment conforme à la Constitution la séparation entre les races dans les wagons de chemin de fer, donc dans tous lieux publics. Cette situation va perdurer près de 75 ans dans les Etats du Sud. Les discriminations sont légions.

Citons en quelques unes :
- l’obligation faite aux noirs de céder leur place aux Blancs dans les autobus urbains et d’aller au fond de la voiture.
- l’exclusion des syndicats ;
- les salaires inférieurs ;
- l’interdiction des mariages interraciaux.

Dans les villes du Nord aussi, la ségrégation spatiale se développe avec l’afflux de nombreux noirs du Sud. Des ghettos naissent, qui regroupent les Noirs dans des quartiers qui se vident de leurs populations blanches et qui se délabrent rapidement en raison des difficultés économiques et sociales qui frappent de nombreux Noirs.
Face aux discriminations, les Noirs réagissent de différentes manières :
- haine de soi pour certains, avec la volonté de paraître plus blanc ; adoption d’un luxe tapageur afin de montrer qu’on est pleinement intégré dans la société ambiante.
- d’autres acceptent la différence, tâche de grimper peu à peu dans la hiérarchie sociale comme le propose Booker T. Washington, dans l’espoir d’accéder à l’égalité avec les Blancs.
- certains affichent avec fierté leur identité distincte.
- d’autres enfin se lancent dans des procédures judiciaires afin d’obtenir une amélioration de leur sort à l’instar de la National Association for the Advancement of Colored People.


Quatre des principaux dirigeants de la NAACP tenant un poster dénonçant le racisme au Mississippi.

Des Américains blancs ont toujours lutté pour l’égalité raciale, mais leur tâche s’avère difficile face à des associations comme le KKK qui multiplie les lynchages. La situation ne progresse guère jusqu’aux 1950’s. Ainsi, ce n’est qu’en 1948, que le président Truman impose l’intégration raciale des forces armées (pendant la Seconde Guerre mondiale, les soldats américains combattent en unités ségrégées le nazisme pour la liberté et l’égalité…).

La lutte pour les droits civiques:

En 1954, la NAACP remporte une grande victoire devant la Cour suprême, puisqu ‘elle déclare que la ségrégation scolaire va à l’encontre de la Constitution (arrêt Brown v. Topeka Board of Education). Or, l’injonction juridique n’est pas respectée dans les Etats du sud profond. En 1957, le gouverneur de l’Arkansas, Faubus, mobilise la garde républicaine afin d’empêcher l’inscription de jeunes noirs dans l’école de Little Rock. Vers 1960, moins de 1% des enfants noirs du sud étaient scolarisés dans des écoles intégrées.

Le mouvement pour les droits civiques naît symboliquement le 1er septembre 1955 lorsque Rosa Parks refuse de céder sa place à un blanc dans un bus à Montgomery, dans l’Alabama. Sous la direction du pasteur Martin Luther King, les noirs boycottent les autobus de la ville, ce qui aboutit à la déségrégation des transports intra urbains. MLK et sa Southern Christian League prônent la désobéissance civile et la non violence pour abattre « Jim Crow ». La marche de Washington en août 1963 de près de 300 000 noirs et libéraux blancs qui se termine par le très beau discours de King, permet, elle aussi, de faire évoluer les esprits.

Le système de ségrégation agonise à partir du début des années 1960 sous la présidence de J.F. Kennedy et surtout avec son successeur L. Johnson, dont la grande loi sur les droits civiques de 1964, interdit toute forme de discrimination et de ségrégation dans les lieux publics. C’est de l’Affirmative action, politique volontariste d’intégration des noirs dans tous les secteurs de la vie professionnelle, avec la mise en place de quotas.

En 1965, après la marche de Selma (en mars) et les émeutes de Watts (en août), Johnson fait voter le Voting right Act, et suspend les clauses restrictives qui avaient éliminé les électeurs noirs des listes. Le système pervers et destructeur de la ségrégation était moribond, mais pas les discriminations ni les violences. De nombreuses émeutes continuent à ensanglanter les ghettos des grandes métropoles américaines. A la suite des actions racistes des blancs du sud ou des traitements humiliants subis lors des heurts avec la police, enfin après l’assassinat de personnalités comme MLK en 1968. On assiste aussi à une radicalisation progressive des organisations noires,la Southern Christian Leadership Conference est rapidement dépassée par des mouvements qui revendiquent l’usage de la violence, incitent les noirs au séparatisme et souhaitent l’instauration d’un « Black power ».
Le parcours de Nina Simone est emblématique de l'évolution du mouvement pour les droits civiques. Au début des années 1960, elle ne s'implique guère dans le mouvement. Mais la lecture des écrits de Malcom X et d'autres théoriciens du Black Power changent profondément son approche et à partir de 1965, elle n'hésite pas à prendre ouvertement position et multiplie les morceaux engagés (voir les liens en fin d'article).

Sources :
- L’Histoire n°197, mars 1996, « Esclaves, exclus, citoyens » par André Kaspi. Les archives du Monde 2 du 16 octobre 2004.
- L’Histoire n°306, février 2006, « Les Etats-Unis : un siècle de ségrégation » par Pap Ndiaye.

"I wish I knew how it would fel to be free" Nina Simone


I wish I knew how it would feel to be free
I wish I could break all the chains holding me
I wish I could say all the things that I should say
say 'em loud, say 'em clear
for the whole round world to hear.

J'aimerais savoir ce qu'on ressent quand on est libre
J'aimerais pouvoir rompre toutes les chaînes qui me retiennent
J'aimerais pouvoir dire toutes les choses que j'ai à dire
dites le fort, dites le clairement
pour que le monde entier l'entende.

I wish I could share all the love that's in my heart
remove all the bars that keep us apart
I wish you could know what it means to be me
Then you'd see and agree
that every man should be free.

J'aimerais pouvoir partager tout l'amour qui emplit mon coeur
supprimer tous les barreaux qui nous séparent
j'aimerais que tu puisses te mettre à ma place
alors tu verrais et tu comprendrais
que tous les Hommes doivent être libres.


I wish I could give all I'm longing to give
I wish I could live like I'm longing to live
I wish that I could do all the things that I can do
though I'm way overdue I'd be starting anew.

J'aimerais donner tout ce que je désire donner
J'aimerais vivre comme je le désire
J'aimerais pouvoir faire tout ce que je sais faire
bien que tout cela tarde je voudrais repartir à zéro

Well I wish I could be like a bird in the sky
how sweet it would be if I found I could fly
Oh I'd soar to the sun and look down at the sea
and I'd sing cos I'd know that
and I'd sing cos I'd know that
and I'd sing cos I'd know that
I'd know how it feels to be free
I'd know how it feels to be free
I'd know how it feels to be free

Eh bien j'aimerais pouvoir être comme l'oiseau dans le ciel
ce serait merveilleux si je découvrais comment voler
oh je voudrais grimper vers le soleil et plonger dans la mer
et je chanterais parce que je saurais (3X)
je le saurais ce que s'est que d'être libre (3X)

Liens:
* Nina Simone sur L'Histgeobox:
- 65. Nina Simone:"Backlash blues".
- 9. Nina Simone:"Why the king of love is dead?".
- 24. Nina Simone: "Mississippi goddam".
* Pour approfondir:
- La musique au temps des Black Panthers.
- La lutte pour les droits civiques en musique (1955-1964).
- Why the king of love is dead?
- Lire-écouter-voir: Quand la soul s'engage.
- Lire-écouter-voir...la suite: Le combat de MLK: une lutte en musique.

mercredi 15 octobre 2008

106. Isabelle Adjani - Ohio





Isabelle Adjani - Ohio

Pourquoi ne pas réviser la géographie des Etats-Unis en écoutant cette chanson loufoque interprétée par Isabelle Adjani? Elle est tirée son unique album à ce jour, "Pull marine" sorti en 1983. Pour ses premiers pas dans le monde de la musique, l'actrice s'adjoint les services de Serge Gainsbourg, un habitué des collaborations avec des actrices qui s'essaient à la chanson (Bardot, Deneuve).


Il ne semble pas nécessaire d'analyser les paroles de cette chanson qui ne brillent pas par leur profondeur. En tout cas, leur absurdité apparente et leur second degré séduisirent à l'époque, à tel point que l'expression "un état proche de l'Ohio" est rentrée dans le langage courant. Les ventes du disque vaudront même à la chanteuse un disque d'or.






Afin de maîtriser la localisation des états des Etats-Unis et du Canada, un petit jeu amusant.


Isabelle Adjani:"Ohio".


J'suis dans un état proche de l'Ohio
J'ai le moral à zéro
J'suis dans un état proche de l'Ohio
J'approche peu à peu du Nevada
J'ai envie de m'évader
D'passer les frontières et de m'extrader

J'suis dans un état proche de l'Ohio
J'ai le moral à zéro
J'suis dans un état proche de l'Ohio
Je me suis perdue dans le Colorado
On m'a laissée en radeau
J'imaginais trouver l'Eldorado

J'suis dans un état proche de l'Ohio
J'ai le moral à zéro
J'suis dans un état proche de l'Ohio
Je marche forcée dans le Massachusetts
A côté de mes chaussettes
J'ai un p'tit scarabée d'or dans la tête

J'suis dans un état proche de l'Ohio
J'ai le moral à zéro
J'suis dans un état proche de l'Ohio
Et dans quel état serai-je en Utah
Je n'en ferai pas état
Etat second j'suis dans tous mes états

J'suis dans un état proche de l'Ohio
J'ai le moral à zéro
J'suis dans un état proche de l'Ohio

samedi 11 octobre 2008

Sur la platine: octobre 2008.


Joe Tex.



Sur la platine ce mois ci.

- Johnny Cash: "The ballad of Ira Hayes". Un titre de Peter Lafarge dont nous vous avons parlé sur L'histgeobox. L'interprétation de Cash ne manque pas de souffle, notamment l'introduction sous les hourras de la foule.

- The Funkees:"Abraka". Titre obscur, trouvé sur une compilation du magasine Vibration consacrée aux sons du Golfe de Guinée. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le groupe a su choisir son nom...

- Alister: "Qu'est-ce qu'on va faire de toi?". Un ovni de la chanson française drôle dont le clip, très drôle, commence à pas mal circuler.

"QU'EST-CE QU'ON VA FAIRE DE TOI ?" (CLIP OFFICIEL)


- Jean-Louis Murat:"Marlène". Sur ce titre, extrait de son dernier album, Murat ne change rien à la formule magique qu'il a su trouver: voix de velours, accompagnement folk soignés, textes hermétiques...

- Joe Tex: "Woman's hands". Une face B de cet immense chanteur de deep soul. Sa voix y fait, comme d'habitude, des merveilles.

- Victor Démé: "Djôn' maya". Une des révélations de l'année. Ce chanteur burkinabais n'avait jamais enregistré jusque là. Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître.

- Lito Barrientos: Cumbia en do menor". Cumbia colombienne et son rythme typique. A l'écoute du morceau, il est bien difficile de na pas danser.

- Everlast: "Folsom prison blues". Une superbe reprise d'un classique de Johnny Cash interprétée par le rappeur Everlast, dont le dernier album est formidable.


105. Alain Souchon:"Parachute doré".

Alain Souchon:"Parachute doré"(Exclu)


Alain Souchon, dont le prochain album sortira le 1er décembre, offre sur son site internet une chanson intitulée "Parachute doré" pour évoquer à sa manière la très grave crise financière que connaît l'économie mondiale. Au cours de la semaine écoulée (6 au 10 octobre 2008), la bourse de Paris a ainsi chuté de 22%. Notre système économique dérégulé inspire les chanteurs comme nous l'avons déjà vu avec le réjouissant "Nasdaq" de Thomas Dutronc, qui endosse pour ce titre les habits d'un trader.

Il est assez savoureux de voir les chantres du libéralisme s'insurger contre les parachutes dorés ou les patrons voyous. A la tribune de l'ONU, Nicolas Sarkozy appelle de ses vœux un "capitalisme régulé et régulier" (sic) et se met à adopter une réthorique plus familière dans la bouche des adversaires de l'ultralibéralisme. Il fustige les patrons malhonnête, sans être trop regardant sur les pratiques de ces vieux ou nouveaux amis (Tapie, Bolloré par exemple).

L'appel à l'Etat et aux dépenses publiques retrouve droit de citer, puisqu'il faut combler des dettes. Dans le même temps la casse sociale se poursuit et les services publiques élémentaires (justice, santé, éducation) sont menacés dans leur fonctionnement même par des choix budgétaires à courte vue. Certes, nos économies globalisées laissent une faible marge de manœuvre à nos dirigeants politiques, il n'empêche que les choix et arbitrages politiques se doivent, au moins d'être cohérent, ce qui n'est manifestement pas le cas du paquet fiscal adopté en toute urgence par le gouvernement Fillon.

Les dirigeants des pays, berceaux du capitalisme, tels les Etats-Unis ou le Royaume-Uni, n'ont plus que le mot nationalisation à la bouche alors qu'ils l'avait évincé de leurs dictionnaires depuis des lustres. Tout cela ne serait que comique si l'économie réelle n'était touchée. 10 000 familles américaines, incapables de rembourser leurs crédits à taux variable, sont expulsés chaque jour. Les licenciements massifs risquent de se multiplier dans les mois qui viennent.

Ici, Alain Souchon se met dans la peau d'un grand patron dont l'entreprise vient de faire faillite. Afin de récompenser sa gestion exemplaire, il obtient une compensation bien méritée, un de ces fameux "parachutes dorés". Ces indemnités de départ de plusieurs grands patrons, ont récemment suscité la polémique en France, notamment ceux des ex-dirigeants d'Alcatel-Lucent Patricia Russo (6 millions d'euros) et Serge Tchuruk et de l'ancien coprésident exécutif d'EADS, Noël Forgeard (8,5 millions d'euros). Nous le savons moral, éthique et logiques spéculatives ne font pas bon ménage, il n'empêche que l'on ne peut que s'insurger face à de telles pratiques.

"Parachutes dorés" Alain Souchon (2008).

Adieu mégaphones, adieu calicots
Adieu représentants syndicaux
A moi le soleil et le calypso
La nana, la noix de coco
A moi les alizés, les vents tropicaux
Et moi, bien frisé, sur le bateau

Adieu les traders, adieu joggings
Les briefings à l’heure Breitling
Ouvriers, riez, adieu les blouses grises
En Chine, l’usine, on délocalise

Les cours ont dégringolé
Les banques ont pu rigoler

La boîte a coulé, mais pouce
On va se la couler douce
La pilule, on va… se la dorer
J’ai le parachute… chut ! doré

Adieu mégaphones, adieu calicots
Adieu représentants syndicaux
A moi le soleil et le calypso
La nana, la noix de coco
Adieu, Château Petrus
En costard Lanvin
Adieu les jolies putes russes
Dans les Mystère 20

Balancez les fraiseuses, les machines-outils
Riez, ouvriers, joli gâchis !
J’ai creusé, creusé, j’ai creusé la dette
Au lieu de me creuser la tête

Un jour, les cours ont chuté
Et moi… parachuté

La boîte a coulé, mais pouce
On va se la couler douce
La pilule, on va… se la dorer
J’ai le parachute… chut ! doré

Adieu mégaphones, adieu calicots
Adieu représentants syndicaux
A moi le soleil et le calypso
La nana, la noix de coco

Adieu téléphone, adieu le bureau
Secrétaire aux hauts talons hauts
A moi les alizés, les vents tropicaux
Et moi, bien frisé, sur le bateau

La boîte a coulé, mais pouce
On va se la couler douce
La pilule, on va… se la dorer
J’ai le parachute… chut !


Lien:

- Le site officiel d'Alain Souchon sur lequel il est possible de télécharger le titre "parachute doré".

jeudi 9 octobre 2008

104. François Béranger: "une ville".


Alexander Dubcek.

Chanteur contestataire, François Béranger peut-être considéré comme un "chanteur libertaire".
Fils d'un militant syndicaliste chrétien, résistant puis député, il est ouvrier aux usines Renault de Boulogne-Billancourt. Il fait ses premiers pas en tant que chanteur dans le circuit des clubs folk. En 1969, il sort le 33 tours intitulé "une ville". Sa chanson titre revient sur le printemps de Prague et sa répression impitoyable par les chars soviétiques, en 1968.


Pochette du disque de François Béranger: "Une ville" (1969).

A partir de 1967, le secrétaire du PC tchèque, le stalinien Novotny, est critiqué par un groupe de communistes libéraux mené par Alexandre Novotny. Ce dernier remplace Novotny en janvier 1968. Les difficultés ne manquent pas en Tchécoslovaquie: la déstalinisation y reste très superficielle et la croissance économique atone. Dubcek se montre favorable à une démocratisation du pays et à une plus grande liberté d’expression. La popularité de celui qui entend développer un " socialisme à visage humain » grandit chez les ouvriers, les intellectuels, les étudiants, mais aussi chez les défenseurs de l’identité slovaque.

François Béranger - Une ville


La nouvelle direction supprime quasiment la censure, libère les écrivains emprisonnés et réhabilite les victimes des purges staliniennes, adopte une attitude favorable à l’égard de l’Eglise, autorise les voyages à l’étranger et réforme les statuts du PC, prévoyant même le droit à l’existence de minorités contestataires (remise en cause du centralisme démocratique), la généralisation du vote secret, la limitation de la durée d’exercice des fonctions dirigeantes. A tel point que l'on parle du Printemps de Prague, qui succède à la glaciale ère Novotny.


Ce printemps de Prague suscite un immense enthousiasme (surtout les étudiants) et attise la curiosité en Occident pour cette tentative de réforme, inédite dans le bloc soviétique. A Moscou, l’inquiétude grandit, dans la mesure où l’exemple de la Tchécoslovaquie risque de contaminer rapidement toutes les autres démocraties populaires et remettre en cause la pérennité du bloc lui-même. Aux yeux des dirigeants soviétiques, ce Printemps n'a que trop duré.


"Et pourtant oui, ça vient c'est là / c'est gros, c'est noir, ça hurle, ça crache / c'est chenillé, armé, blindé
c'est surmonté d'un fort canon / et de plusieurs gueules casquées."

Aussi l’Armée rouge et les troupes du pacte de Varsovie envahissent la Tchécoslovaquie avec quelques 300 000 hommes, 7000 chars, dans la nuit du 20 au 21 août 1968. L’occupation est rapide, d’autant plus que le gouvernement Dubcek renonce à la résistance militaire, même si les Soviétiques doivent compter avec une importante résistance passive. On dénombre 58 morts et des centaines de blessés.

Après avoir emprisonné l’équipe dirigeante, les Soviétiques doivent la remettre au pouvoir (26 août), mais maintiennent leur tutelle sur le pays et prolongent l’occupation militaire. Les Occidentaux assistent passifs à ces événements. Fait plutôt rare, cette intervention suscite un grand mécontentement au sein du camp communiste : la Chine, la Yougoslavie, mais aussi la Roumanie la condamnent.


Le gouvernement Dubcek ne peut poursuivre sa politique de libéralisation, mais réalise néanmoins une réforme importante en faisant de la Tchécoslovaquie un Etat fédéral, où les Slovaques jouissent enfin d’une grande autonomie régionale (janvier 1969). Progressivement, Le remplacement de Dubcek par Gustav Husak au poste de premier secrétaire du PC tchécoslovaque (avril 1969), l’épuration du parti (500 000 exclusions), l'éviction des collaborateurs de Dubcek des fonctions dirigeantes, achèvent la normalisation.


Le 21 août 1968, il est midi et l’ordre règne à Prague (cliché: Josef Kudelka, 1968).


Les conséquences de la répression du printemps de Prague sont multiples:
- Les PC occidentaux connaissent une nouvelle vague de défection, ce qui conduit certains d’entre eux à s’éloigner du modèle soviétique (eurocommunisme).

- Afin de mettre un terme aux contestations qui fragilisent le bloc (Berlin 1953, Poznan 1956, Budapest 1956), Brejnev développe la « doctrine de la souveraineté limitée » ou doctrine Brejnev. Théoriquement souverains, les Etats d’Europe de l’Est sont dépendants idéologiquement du modèle imposé par Moscou. Autrement dit, la défense du socialisme passe avant celle de la souveraineté nationale, ce qui justifie le maintien sous tutelle des démocraties populaires par l’URSS.

- Encore une fois, cette répression soviétique souligne l’absence de réaction des Occidentaux et constitue une terrible contre publicité pour le modèle communiste. Ainsi, l’immolation par le feu de Jan Palach, un jeune étudiant tchèque, émeut le monde entier et révèle les impasses du modèle proposé par Moscou.


Sources: C. Hocq “Dictionnaire d'histoire et de géographie”.

- F. Armand et F. Barthélémy:”Le monde contemporain_ l'histoire en terminale”, Seuil, Paris, 2004.

- Le petit Mourre.


"Une ville" François Béranger. (1969)

Construis dans ta tête une ville
dans la chaude torpeur d'un été
les robes de coton des filles
leurs tresses nattées de fleurs coupées
en riant elles fuient les garçons
des jardins viennent des flonflons.

Construis dans ta tête une ville
dans la chaude torpeur d'un été
le soir en terrasse le vin brille.
La nuit prend tout. Sérénité.
Elle fait lever une rumeur,
berce les coeurs, marque les heures.
Dans les cheveux blonds d'une fille,
la main qui caressait s'arrête
on se dit: "c'est impossible".
Et pourtant oui, ça vient c'est là
c'est gros, c'est noir, ça hurle, ça crache
c'est chenillé, armé, blindé
c'est surmonté d'un fort canon
et de plusieurs gueules casquées.

Ferme les yeux et vois la ville
au matin blême et déprimé,
le sang qui passe du rouge au noir,
séchant sur les rues labourées,
maisons éventrées et fumantes
stupeur, colère, haine cachée


Ferme les yeux, entends la ville
d'abord elle pleure, puis se reprend
et s'interroge: pourquoi? Comment?
Qu'avons nous fait? Pourquoi ce viol?
Et qui sont-ils tous ces truands?
? pavé, arbre coupé
les gars, les filles, les vieux, les jeunes
font une ronde qui rend fou
?
qui ne comprennent vraiment pas.
Le monde entier, d'abord crédule, en reste
assis sur son petit cul.
Et oui, ça y est, c'est arrivé
les cosaques ont été défaits.

Construis dans ta tête une ville
dans la chaude torpeur d'un été.
Faut jamais se réjouir trop tôt,
les cosaques reviendront bientôt.
Et si demain c'était ta ville?
Mieux vaut ne dormir qu'à moitié
et si demain c'était ta ville ?
mieux vaut ne dormir qu'à moitié.

Liens:
* François Béranger sur L'Histgeobox:
- "Mamadou m'a dit".
- "Tranche de vie".

mardi 7 octobre 2008

103. De Georges Moustaki à Joey Starr et Rocé : "Le métèque"

Métèque : Histoire d'un mot

Dans l'Athènes de l'Antiquité, le métèque est un étranger libre qui réside dans la Cité. Il y est enregistré, doit se soumettre aux mêmes obligations que les citoyens (y compris certaines liturgies), mais il ne bénéficie pas de la citoyenneté, donc du droit de vote, sauf si celle-ci lui est accordée par un vote du demos. Il ne bénéficie pas de garanties judiciaires équivalentes et doit s'acquitter d'une taxe, le metoikon. Le mot grec est metoikos (c'est-à dire littéralement "à côté de la maison" donc celui qui change de maison). Les métèques sont surtout artisans et commerçants et représentent jusqu'à plus du tiers de la population de la Cité.

Le terme apparaît en français à partir du XVIIIème siècle chez les historiens de l'Antiquité.
C'est à la fin du XIXème siècle qu'il sort du champ historique pour prendre un sens nettement péjoratif. L'extrême droite utilise abondamment le terme dans ses textes et discours. Ainsi, l'Action Française (à la fois mouvement et journal), sous la plume de son fondateur Charles Maurras, use et abuse du mot toujours associé à des idées négatives, à la méfiance. Ce mouvement nationaliste, xénophobe, catholique et monarchiste, dont les membres ont forgé leurs armes pendant l'Affaire Dreyfus, dénonce en effet les "ennemis de la France" que sont, à ses yeux, les Francs-maçons, les protestants, les juifs et les "métèques", "ces étrangers plus ou moins naturalisés" (éditorial du premier numéro le 21 mars 1908) à partir de la loi qui instaure le droit du sol en France en 1889.

[image : Métèque vendant du thon, vase du IVème siècle av. J.-C.]

De Moustaki à Joey Starr : la fierté des "métèques"

Ce mot devenu insulte à la face des étrangers allait être retourné par les victimes de la xénophobie.
Georges Moustaki est né Yussef (ou Giuseppe) Mustacchi à Alexandrie en Égypte dans les années 1930. Depuis la fin du XIXème siècle, la ville est un foyer cosmopolite où se côtoient des Italiens, des Juifs, des Arabes, des Français et des Grecs. Ces parents sont originaires de l'île grecque de Corfou. Il débarque à Paris en 1951 où il exerce différentes professions dont journaliste et pianiste. C'est ce qui le fait rencontrer de nombreux artistes dont Edith Piaf avec qui il a une liaison. Il écrit pour elle la chanson Milord. Il adopte le prénom Georges par admiration pour Georges Brassens. Il connaît le succès à partir de 1969 avec la chanson "Le métèque" où il reprend à son compte pour mieux les ridiculiser les stéréotypes sur les étrangers. Il compose pour les plus grands artistes d'alors (Barbara, Reggiani, Montand,...). A plus de 70 ans, il continue de se produire en concert et a sorti cette année un album, Solitaire. [Voyez sa biographie détaillée sur RFI et son site officiel]

En 2006, le rappeur Didier Morville aka Joey Starr adapte la chanson "Le métèque" dans son titre "Métèque" sur l'album Gare au Jaguarr. Tout en gardant certaines paroles, il l'adapte en racontant son propre parcours dans une chanson très autobiographique où il évoque les rôles différents joués par son père et sa mère. On entend un sample de la chanson de Georges Moustaki.
Pionnier du rap français avec le groupe NTM, Joey Starr est remonté cette année sur scène avec Kool Shen après plusieurs années de rupture. Le groupe n'a cependant pas annoncé de nouvel album.
Précisons que le rappeur d'IAM, Akhenaton, a enregistré en 1995 un album qui s'intitule Métèque et Mat. Je vous parle d'une de ses chansons : "La Cosca".






Le Métèque (1969)

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Avec mes yeux tout délavés
Qui me donnent l'air de rêver
Moi qui ne rêve plus souvent
Avec mes mains de maraudeur
De musicien et de rôdeur
Qui ont pillé tant de jardins
Avec ma bouche qui a bu
Qui a embrassé et mordu
Sans jamais assouvir sa faim

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
De voleur et de vagabond
Avec ma peau qui s'est frottée
Au soleil de tous les étés
Et tout ce qui portait jupon
Avec mon cœur qui a su faire
Souffrir autant qu'il a souffert
Sans pour cela faire d'histoires
Avec mon âme qui n'a plus
La moindre chance de salut
Pour éviter le purgatoire

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Je viendrai, ma douce captive
Mon âme sœur, ma source vive
Je viendrai boire tes vingt ans
Et je serai prince de sang
Rêveur ou bien adolescent
Comme il te plaira de choisir
Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d'amour
Que nous vivrons à en mourir

Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d'amour
Que nous vivrons à en mourir




Métèque (2006)

Avec ma gueule de métèque
Ma ganache de nègre errant
Toujours aussi réfractaire à vouloir rentrer dans le rang
Avec vous je serai franc, franc au possible
Dans l’rang impossible votre morale au crible
Qu'on me déleste de mon ego
Ça me rend psycho, j'sors les crocs

Ça me rend psycho dans mon flow et là il y a plus d'idéaux
Et donc je deviens accro à la suffisance, la violence
Et
là vous brave gens, ah c'en est trop
Avec ma gueule de métèque mon œil de prédateur
En phase avec son temps, j’ai poussé sans tuteur
Poussé comme une mauvaise herbe
Comme un môme croate ou serbe
Qu’on me dit que mon attitude fout la gerbe
C
’est la merde, c’est la merde

Avec
ma gueule de métèque rafistolée qui s'est bastonné
A qui on a tout pris tout volé si peu donné
J’ai pris des branlées par un père déserteur
Au point d’espérer qu'en enfer il y ait du bonheur
La perception atrophiée
Et c’est pas votre moralité qui m'a habillé
Parce qu’anormal est l’isolement dans lequel j'ai pu nager
Dans lequel on m'a plongé
Auquel personne n'a jamais voulu rien changer
Avec ma gueule de métèque abreuvé par la passion
Mon
sacerdoce est ma mission et si récompense il y a
Mon cœur me guide au trépas
Rien est acquis j’ai toujours appris
Ca m'inquiète pas

Avec mon air aigri amer, galbé comme un fil de fer
Affûté pour la guerre j’roule pour la maison mère
Avec ma gueule j’fais belek
J'ai pas une ganache de dieu grec
Il est possible qu'on m'arrête ou par erreur qu'on m'affrète
Avec ma bouche qui a trop bu mon air obtus qui pue la rue
Cette
façon d’être à raffut et en même temps d'être à la rue
Avec
mes yeux tout délavés qui me donnent l'air de rêver
Avec mes rêves de délinquant
Mes coups d’sang incessants
Avec ma gueule de métèque
Héritière dune souffrance lointaine
J’veux pas finir en victime ni même finir à Fresnes
Avec son visage ses yeux verts
Tout me rapproche de ma mère
Tout m'éloigne de mon père grâce à qui j'ai ce goût amer


P.S. : Grâce à la perspicacité de Cee Kay (un grand merci !), signalons le "Métèque" de Rocé dont voici les paroles.A écouter ici.


Avec ma tête de métèque, de juif errant, de musulman
Ma carte d'identité suspecte, d'étudiant noir, de rappeur blanc
Je commets l'délit de faciès, en tous lieux et de tout temps
J'sais pas ce que j'suis aux yeux des êtres, mais je sais c'que je suis sans

Avec ma tête de métèque, de juif errant, de musulman
Ma carte d'identité suspecte, d'étudiant noir, de rappeur blanc
Je commets l'délit de faciès, en tous lieux et de tout temps
J'sais pas ce que j'suis aux yeux des êtres, mais je sais c'que je suis sans

On dit que les humains s'organisent en tribu
Je titube en passant de l'une à l'autre et je me situe
Au beau milieu du vide, dans mon être qui de visu
N'aurait que le besoin de se sentir individu

Mais les patries se soudent et je glisse entre elles comme un savon
Que les préjugés mouillent, mais l'isolement forme les bulles qui me lèveront
Et dans ma tête, ma propre histoire, mon propre jargon
Me rendent seul, indépendant et grand garçon

Qui espère ne jamais, ah ! Si ils savaient ! Faire tant de manières
Avoir tant de fragilité, rendant si limité
Quand ils se blottissent dans la chaleur de leur communauté
Que j'aime les regarder, dans la froideur d'une objectivité

Le courage en groupe est facile, on partage les craintes
Les opportunistes ouvrent leur piste, je ne réponds pas à l'appel
Je ne mange pas dans cette gamelle, mes pieds ne vont pas dans l'empreinte
Arabe loin d'SOS Racisme, et juif très loin d'Israël

Ô combien ce serait facile de suivre le groupe
N'importe lequel, tant que j'ai un bouclier de communauté et de soupe
Mais je redoute qu'on veuille me modeler coûte que coûte
Rien à foutre, je resterai seul sur la route, médisant les troupes

Avec ma tête de métèque, de juif errant, de musulman
Ma carte d'identité suspecte, d'étudiant noir, de rappeur blanc
Je commets l'délit de faciès, en tous lieux et de tout temps
J'sais pas ce que j'suis aux yeux des êtres, mais je sais c'que je suis sans

Avec ma tête de métèque, de juif errant, de musulman
Ma carte d'identité suspecte, d'étudiant noir, de rappeur blanc
Je commets l'délit de faciès, en tous lieux et de tout temps
J'sais pas ce que j'suis aux yeux des êtres, mais je sais c'que je suis sans

Je fais partie des nations les plus haïes du monde
Mais avec l'âge je zappe le monde, tout le monde, j'ai une planète dans la tête
Qui a des piques nauséabondes loin d'un pays qui tolère
Car l'identité j'me crée un monde qui l'accepte

Près de la terre et loin des cieux, «Athée ô ! Grâce à dieu !»
Aucun ne m'aurait toléré, et lequel je tolérerai ?
Chat botté qui fait tant de lieues, pour voir de ses yeux
Près de la terre et loin des cieux, je préfère le bas côté

Je m'affirme seul, loin de l'entonnoir intégration
Qui m'amputerait de mes ancêtres pour que je glisse sans frottement
Détacher ma culture et mon nom pour rentrer dans l'rang
C'est l'assimilation et c'est de la mutilation

Et devoir s'intégrer a un pays qui est déjà le sien
C'est flairer, se mordre la queue, donc garder un statut de chien
Quand je ne peux séparer les cultures qui m'ont faites un
M'en retirer une partie c'est ôter tout l'être humain

Faudra compter dans ce présent à ce que je ne sois un néant
Mais plutôt un exemple vivant avec ce double tranchant
Qui ouvre les plaies encore fraîches d'un pays intolérant
Je ne séparerai pas mon être, que chacun y voie ses démons

Ô combien ce serait facile de suivre le groupe
N'importe lequel, tant que j'ai un bouclier de communauté et de soupe
Mais je redoute qu'on veuille me modeler coûte que coûte
Rien à foutre, je resterai seul sur la route, médisant les troupes

Avec ma tête de métèque, de juif errant, de musulman
Ma carte d'identité suspecte, d'étudiant noir, de rappeur blanc
Je commets l'délit de faciès, en tous lieux et de tout temps
J'sais pas ce que j'suis aux yeux des êtres, mais je sais c'que je suis sans

Avec ma tête de métèque, de juif errant, de musulman
Ma carte d'identité suspecte, d'étudiant noir, de rappeur blanc
Je commets l'délit de faciès, en tous lieux et de tout temps
J'sais pas ce que j'suis aux yeux des êtres, mais je sais c'que je suis sans



Une réflexion sur la portée de cette chanson que j'ai écrite pour un site consacré aux 40 ans du "Métèque (le texte se trouve plutôt vers le bas de la page qui rassemble de nombreuses contributions) : "A chaque génération son métèque".